Agir à vos côtés pour l'ostéopathieLe bulletin d'information du SFDONouveaux dépliants pour salle d'attente
Agir à vos côtés pour l'ostéopathie

Depuis 1973 le SFDO porte avec vous les valeurs de l’ostéopathie

Le bulletin d'information du SFDO

Découvrez le dernier numéro

Nouveaux dépliants pour salle d'attente

Ils sont disponibles, commandez-les !

Publié le 30/05/2016 par le Conseil d'Administration

Italie : le Sénat reconnaît l’ostéopathie comme profession de santé

Italie : le Sénat reconnaît l’ostéopathie comme profession de santé

Le 24 mai dernier, le Sénat italien a approuvé, avec 164 votes favorables, 27 votes défavorables et 17 abstentions, le projet de loi « Lorenzin » concernant les Ordres sanitaires et le parcours clinique des patients.

Conçu par la Ministre de la Santé Beatrice Lorenzin, ce projet de loi a été défendu fortement par la Sénatrice Emilia Grazia De Biasi et, surtout, par le ROI (Registre des Ostéopathes Italiens), organisation également membre du FORE.

Dans l’article 4 de la loi « Lorenzin », l’ostéopathie est définie pour la première fois comme une profession de santé.

Après des années de luttes et de difficultés, les ostéopathes italiens peuvent fêter avec joie et satisfaction ce premier et important pas vers la reconnaissance officielle de leur profession : il ne reste qu’à attendre l’approbation définitive de la loi par la Chambre des Députés.

L’article 4 de la loi « Lorenzin » établit : 

  • l’ostéopathie en tant que profession de santé ;
  • la création officielle d’un Ordre des ostéopathes ;
  • l’obligation pour les ostéopathes de l’obtention d’une Licence, c’est-à-dire de la validation de trois années d’études universitaires.

Toutefois rien n’est encore défini concernant la formation des ostéopathes, car l’article ne fait que renvoyer la question aux ministères compétents.

Les ostéopathes italiens restent donc très attentifs aux évolutions possibles de cette loi lors de son passage à la Chambre des Députés ainsi qu’à la future application de la loi, notamment pour ce qui concerne la question de la formation.

 

Paris, le 30 mai 2016,

Le Conseil d’Administration

Dernière mise à jour : 10/06/16
Retour