Dépliants pour salle d'attenteOffre parrainage exclusive
Dépliants pour salle d'attente

Ils sont disponibles, commandez-les !

Offre parrainage exclusive

Adhérez dès maintenant au SFDO !

Du côté de l'international 

 

Publication en Belgique 

 

« Is the situation of osteopathy and osteopaths in France so terrible ? »

Philippe Sterlingot a commis un article dans le journal de l’organisation professionnelle belge UBVO (https://osteopathie.be/fr/accueil/). L’article publié en anglais, est intitulé « Is the situation of osteopathy and osteopaths in France so terrible ? »  / La situation de l'ostéopathie et des ostéopathes en France est-elle si terrible ?

 

Is the situation of osteopathy and osteopaths in France so terrible ?

A recent paper issued by the EFFO gives a very dark understanding of the situation of osteopathy and osteopaths in France. However, another, more positive vision, should be supported.

Sixteen years ago, practicing osteopathy when you were not a doctor might have taken you to court. Osteopathy is now regulated, and more and more closely integrated in the healthcare system. One has to complete a 5-years training (4,860 hours) in a college accredited by the French health minister to register as an osteopath by the French health authorities, unless he or she is for example a physiotherapist, in which case he or she will need to complete a 1,894 hours training. In both cases he or she will have to go through a robust clinical education and treat a few hundred patients.

French Osteopaths are allowed to treat patients without any medical referring, and may address all clinical situations. However, an osteopath shall refer a patient to a physician if the patients’ clinical condition needs further medical investigation. They have the right to decide whether or not they should refer the patient to another medical practitioner. They are allowed to practice manipulations and mobilisations on all somatic tissues of the patient, except manipulations of the cervical spine and manipulations on babies younger than 6 months (in those cases, they need a medical prescription from a physician). They are however, allowed to use mobilisations without any restriction.

Osteopathy is very popular in France: 20% of the citizens told they had been to an osteopath during the previous 12 months in 2010 - 40% during their whole life ; in 2015  these percentages were 27% and 49% respectively.

The last survey in 2015 showed that 88% of the citizens have confidence in osteopaths for safely relieving patients’ pain.

French osteopaths treat approximately 22 millions patients each year, with an average of 1,6 sessions per patient. More than 60% get reimbursed from their health insurance companies. Considering the number of patients treated each year, osteopathy is currently the second or third largest medical profession.

The growth in the number of graduate osteopaths is quite amazing, which shows that the profession is very popular among young people who want to start an education in osteopathy in one of the 31 officially accredited colleges. In 2010, 11,600 osteopaths were registered, 5,400 of whom were only registered as osteopaths, the other osteopaths were mainly supplementary registered as physiotherapists. In 2018, these figures are respectively approaching 30,000 and 20,000. The osteopaths solely registered as such weighted 50% of the total number of registered osteopaths in 2010. Currently, this is two thirds of the total number of registered osteopaths. The proportion of osteopaths who are also registered as physiotherapists, physicians, midwives, etc. is decreasing year after year.

Nevertheless, this growth could lead to great concern if we didn’t have access to strong data showing that the income of osteopaths does not decrease. These data come from chartered accountants associations, and are based on more or less 20 to 40 % of the whole osteopathic profession (depending on the year showed in the graph).

This graph shows a quite stable economic situation among self-employed osteopaths.

If we consider both economic and demographic data, we understand that the balance between osteopathic care supply and demand didn’t change up till now. It is possible to consider that one of the reasons of the success of osteopathy in France comes from its strong demographic growth and that osteopaths brought about their own activity, leading French authorities to give a stronger education system to our profession and encouraging them to facilitate the integration of osteopathy in the healthcare system. 22 millions patients is not something authorities can ignore.

However, 2,000 new osteopaths graduate each year and it is difficult to predict whether the needs of osteopathic care will continue to increase. Nevertheless, these conditions might be a fantastic opportunity for French osteopathy to be what it is designed for: a modern medical profession that contributes to health, deals with illness and fulfills a clear preventive function.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La situation de l'ostéopathie et des ostéopathes en France est-elle si terrible ?

Un article récent de l'EFFO décrit très sombrement la situation de l'ostéopathie et des ostéopathes en France. Cependant, une autre vision, plus positive, devrait être soutenue.

Il y a seize ans, pratiquer l'ostéopathie alors que vous n'étiez pas médecin vous a peut-être conduit devant un tribunal. L'ostéopathie est désormais réglementée et de plus en plus intégrée dans le système de santé. Il faut suivre une formation de 5 ans (4860 heures) dans une école agréée par le ministère français de la Santé pour s'inscrire en tant qu'ostéopathe auprès des autorités sanitaires françaises, à moins d'être par exemple un physiothérapeute / kinésithérapeute, auquel cas il besoin de suivre une formation de 1894 heures. Dans les deux cas, il devra suivre une solide formation clinique et traiter quelques centaines de patients.

Les ostéopathes français sont autorisés à traiter des patients sans consultation médicale et peuvent traiter toutes les situations cliniques. Cependant, un ostéopathe doit renvoyer un patient à un médecin si son état clinique nécessite des investigations médicales complémentaires. Ils ont le droit de décider s’ils doivent ou non renvoyer le patient à un autre médecin. Ils sont autorisés à pratiquer des manipulations et des mobilisations sur tous les tissus somatiques du patient, à l'exception des manipulations du rachis cervical et des manipulations sur les nourrissons âgés de moins de 6 mois (dans ce cas, ils ont besoin d'un certificat d’absence de contre-indication médicale à l’ostéopathie établi par un médecin). Ils sont toutefois autorisés à utiliser des mobilisations sans aucune restriction.

L'ostéopathie est très populaire en France: 20% des citoyens ont déclaré avoir été chez un ostéopathe au cours des 12 mois précédents en 2010 - 40% pendant toute leur vie; en 2015, ces pourcentages étaient respectivement de 27% et 49%.

La dernière enquête réalisée en 2015 a montré que 88% des citoyens font confiance aux ostéopathes pour soulager la douleur des patients, en toute sécurité.

Les ostéopathes français traitent environ 22 millions de patients chaque année, avec une moyenne de 1,6 séance par patient. Plus de 60% sont remboursées par leur complémentaires santé. Compte tenu du nombre de patients traités chaque année, l'ostéopathie est actuellement la deuxième ou la troisième plus importante « profession de la santé ».

L'augmentation du nombre d'ostéopathes diplômés est assez étonnante, ce qui montre que la profession est très populaire parmi les jeunes qui souhaitent commencer une formation en ostéopathie dans l'une des 31 écoles officiellement agréées. En 2010, 11600 ostéopathes ont été enregistrés, dont 5400 uniquement à titre d'ostéopathes exclusifs, les autres ostéopathes étant principalement enregistrés en tant que physiothérapeutes / kinésithérapeutes. En 2018, ces chiffres approchent respectivement de 30000 ostéopathes dont 20000 exclusifs. Les ostéopathes uniquement enregistrés en tant que tels représentaient 50% du nombre total d'ostéopathes enregistrés en 2010. Actuellement, cela représente deux tiers du nombre total d'ostéopathes enregistrés. La proportion d'ostéopathes qui sont également enregistrés en tant que physiothérapeutes / kinésithérapeutes, médecins, sages-femmes, etc. diminue chaque année.

Néanmoins, cette croissance pourrait susciter de vives inquiétudes si nous n’avions pas accès à des données solides montrant que le revenu des ostéopathes ne diminue pas. Ces données proviennent d'associations de comptables agréés et concernent environ 20 à 40% de l'ensemble de la profession ostéopathique (selon l'année indiquée dans le graphique).

Ce graphique montre une situation économique relativement stable chez les ostéopathes libéraux.

Si nous prenons en compte à la fois les données économiques et démographiques, nous comprenons que l’équilibre entre l’offre et la demande de soins ostéopathiques n’a pas changé jusqu’à présent. On peut considérer que l’une des raisons du succès de l’ostéopathie en France tient à sa forte croissance démographique et que les ostéopathes ont créé leur propre activité, amenant les autorités françaises à renforcer le système éducatif de notre profession et à les encourager à faciliter l’intégration de l'ostéopathie dans le système de santé. 22 millions de patients, ce n'est pas quelque chose que les autorités peuvent ignorer.

Cependant, 2 000 nouveaux ostéopathes obtiennent leur diplôme chaque année et il est difficile de prévoir si les besoins en soins ostéopathiques continueront à augmenter. Néanmoins, ces conditions pourraient représenter une opportunité fantastique pour l’ostéopathie française d’être ce pour quoi elle est conçue: une profession moderne qui contribue à la santé, traite les maladies et remplit une fonction préventive claire.

 

Dernière mise à jour : 18/09/2019