Dépliants pour salle d'attenteOffre parrainage exclusive
Dépliants pour salle d'attente

Ils sont disponibles, commandez-les !

Offre parrainage exclusive

Adhérez dès maintenant au SFDO !

Publié le 24/03/2020 par le Conseil d'Administration

Les ostéopathes lourdement pénalisés par la pandémie du Covid-19.

Les ostéopathes lourdement pénalisés par la pandémie du Covid-19.

Le Gouvernement n’a pas imposé la fermeture administrative des cabinets libéraux d’ostéopathies, ni dans l’arrêté du 14 mars 2020, ni dans le décret du 24 mars 2020 et à notre sollicitation, a préféré retenir la formule sujette à interprétation : « Pour les autres professionnels [que les professionnels de santé, NDR], les actes pouvant être reportés, les cabinets ont vocation à demeurer fermés  ».

 

Les organisations professionnelles ont appelé les ostéopathes à fermer leur cabinet. 

 

Or les ostéopathes ne tirent leurs revenus qu’exclusivement du temps passé avec leurs patients. Contrairement à de nombreuses activités libérales, ils ne peuvent maintenir leurs revenus professionnels grâce au télétravail.

 

Les ostéopathes sont en conséquence lourdement pénalisés par la pandémie du Covid-19.

 

Le pré projet de décret relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises prévoit qu’une perte de chiffre d’affaires d’au moins 70 % dans la période comprise entre le 1er mars 2020 et le 31 mars 2020, par rapport à la même période de l’année précédente (33 % pour les micro-entrepreneurs en référence trimestrielle), permettrait d’obtenir une indemnisation dont le montant serait de 1500 € maximum.

 

La plupart des ostéopathes ont exercé leur activité pendant au moins 15 jours en mars 2020, ce qui les écarte mécaniquement du dispositif prévu.

 

Pour que les ostéopathes puissent bénéficier de la solidarité nationale, il apparaît impératif que le gouvernement retienne un seuil de 50 % de perte du chiffre d’affaires en mars 2020 par rapport à mars 2019, pour les ostéopathes relevant de la catégorie des bénéfices non commerciaux et 25 % pour ceux relevant de la catégorie des micro-entrepreneurs.

 

Tel est le sens de la requête formulée officiellement par le SFDO au ministère des finances le lundi 23 mars 2020.

 

Le SFDO prépare également la suite, notamment le maintien des mesures économiques pour le mois d’avril et exhorte le gouvernement à tenir compte de certaines spécificités d’exercice.

 

Toutes les actions seront mises en place afin que le gouvernement ne lèse pas la profession.


 

Retour
Dernière mise à jour : 25/03/2020