Agir à vos côtés pour l'ostéopathieLe bulletin d'information du SFDODépliants pour salle d'attente
Agir à vos côtés pour l'ostéopathie

Depuis 1973 le SFDO porte avec vous les valeurs de l’ostéopathie

Le bulletin d'information du SFDO

Découvrez le dernier numéro

Dépliants pour salle d'attente

Ils sont disponibles, commandez-les !

Publié le 20/09/2018 par le Conseil d'Administration

Le président de la République et le gouvernement présentent « Ma santé 2022 »

Le président de la République et le gouvernement présentent « Ma santé 2022 »

Le 18 septembre dernier, le président de la République, Emmanuel Macron, présentait le matin le grand projet « Ma santé 2022 » et l’après-midi c’était au tour de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn et la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal.


Le président de la République a rappelé que se « notre système de santé constitue un pilier de notre République sociale » et que « les Français sont profondément attachés à leur système de santé, au principe de solidarité qui le fonde ».


Il a également affirmé que notre « système de santé reste l’un des plus performants au monde » mais qu’« il est confronté à de nouveaux défis ».

 

Et de rappeler que « nous devons à la fois agir pour préserver ce que nous avons reçu en héritage et pour moderniser un système de santé qui doit s’adapter aux enjeux de notre temps ».


C’est pourquoi « nous devons entièrement repenser notre système de santé en se fixant une seule exigence : mettre le patient au centre et garantir à tous les Français une meilleure prévention et un accès à des soins de qualité ».

 

Il a conclu en indiquant que Ma santé 2022 était « plus qu’un énième plan ou une nouvelle réforme, à l’image du rêve des pères fondateurs de notre système de santé » et qu’il voulait « que nous garantissions aux générations futures le droit absolu et universel d’accéder aux meilleurs soins ».

 

L’après-midi, Agnès Buzyn a confirmé que « les nouvelles générations de professionnels sont en demande de travailler plus collectivement, de bénéficier de nouvelles perspectives pour diversifier leurs parcours professionnels » et qu’il fallait, au regard du vieillissement de la population, de la forte augmentation des maladies chroniques, des progrès technologiques et de l’entrée dans le numérique, « adapter un système de santé à bout de souffle ».

 

Elle a indiqué que le système de santé doit « pouvoir compter sur de nouvelles synergies entre les professionnels de ville, du médico-social et de l’hôpital, sur des outils numériques performants mis au service des patients et des professionnels de santé, sur un modèle de financement complètement revu et sur des formations qui prennent mieux en compte les impératifs de coopération entre les métiers et de qualité des soins ».

 

De son côté Frédérique Vidal a indiqué que « former les futurs professionnels de santé, c’est préparer l’avenir de notre système de soins » et qu’il est indispensable de les « former à un exercice collectif, où chacun, qu’il exerce en milieu hospitalier ou en libéral, s’inscrit dans une démarche globale de soins ».

 

Elle a confirmé que la transformation des « études de santé passe en premier lieu par l’inclusion de tous les cursus au sein des universités » et que « l’accès aux études sera profondément repensé pour garantir une formation de qualité de tous les professionnels ».


Le gouvernement se veut volontariste pour sauver le soldat Santé et propose 54 mesures réparties en 3 grands points :

 

  • Mettre la qualité au cœur du système de santé (élaboration de guides de parcours, mise en place de mesure d’indicateurs de qualité, création de nouveaux financements aux forfaits, mise à jours des nomenclatures des professionnels de santé etc.)

 

  • Créer un collectif de soins au service des patients (déploiement de communautés professionnelles territoriales de santé, développement des assistants médicaux auprès des médecins, essor de la télémédecine, labélisation d’hôpitaux de proximité, mobiliser les acteurs de santé autour de projets de santé de territoire etc.)

 

  • Repenser les métiers des soignants et leur formation initiale (développer la pratique avancée infirmière, relever le plafond des heures supplémentaires, supprimer le numerus clausus et refondre les premiers cycles des études en santé etc.)

 

Vous trouverez la liste des 54 mesures à la fin de cet article.


Et pour ceux qui veulent en savoir plus, vous pouvez lire ici le dossier de presse du gouvernement intitulé :
« Ma santé 2022, un engagement collectif ».

 

DOCUMENTS EN TÉLÉCHARGEMENT : Les 54 mesures Ma santé 2022
Dernière mise à jour : 02/10/18
Retour