Agir à vos côtés pour l'ostéopathieDépliants pour salle d'attente
Agir à vos côtés pour l'ostéopathie

Depuis 1973 le SFDO porte avec vous les valeurs de l’ostéopathie

Dépliants pour salle d'attente

Ils sont disponibles, commandez-les !

Publié le 31/01/2019 par Sterlingot Philippe

En être ou ne pas en être… telle est la question ! Edito de Philippe Sterlingot

En être ou ne pas en être… telle est la question ! Edito de Philippe Sterlingot

Malgré une apparence trompeuse, ce détournement de la célèbre formule prononcée par Hamlet ne vise pas uniquement à accrocher le regard d’un lecteur qui aurait bien volontiers « skipé » – habitudes numériques obligent – cet édito, pour accéder directement aux pages suivantes (1)…

 

Être ou ne pas être… profession de santé ? Telle a été la question posée aux membres du SFDO lors de l’assemblée générale du 12 octobre 2018.

 

Cette motion avait déjà été rejetée par les membres du SFDO en 2008, et il convenait d’y réfléchir de nouveau. Aucune décision en la matière ne pouvant être considérée comme irrévocable, d’autres occasions seront offertes à ce débat.

 

Comme en 2008, le SFDO, déjà à l’époque seule organisation à interroger ses membres en la matière, s’est donné les moyens d’un débat démocratique éclairé en organisant au préalable une journée complète d’interventions qualifiées. Une somme complète de ces échanges a été adressée aux membres du SFDO et publiée. Une telle démarche est exemplaire ; chaque membre du SFDO a eu l’occasion de s’informer de manière complète avant d’exprimer sa préférence lors de l’assemblée générale d’octobre 2018.

 

On a pourtant pu lire ici ou là des critiques – issues de l’extérieur – sur ce processus démocratique ou des contestations sur la légitimité de la décision votée…

 

Arrêtons-nous quelques instants sur ces commentaires.

 

L’analyse de ce qui a pu être dit ou écrit autour de la décision des membres du SFDO, complétée par quelques échanges directs avec leurs auteurs, montre que les commentateurs les plus virulents et/ou abondants n’ont pas pris le temps de s’informer. Non, « profession de santé » n’est pas nécessairement synonyme de « profession médicale », ce dernier statut étant en tout état de cause aujourd’hui hors de portée des ostéopathes. Non, « profession de santé » ne rime pas avec « contrôle du nombre d’ostéopathes ». Non, « profession de santé » ne signifie pas « remboursement des actes d’ostéopathie par la sécurité sociale ». Non, devenir profession de santé n’entraînera pas la création d’un statut hospitalier pour les ostéopathes. Non, cela ne permettra pas d’agir sur les règles de la concurrence, fixées par l’autorité éponyme. Etc. Cette question est technique et supporte mal les approximations.

 

Être ou ne pas être… membre d’un syndicat ? Une autre critique, provenant également de l’extérieur, porte sur l’illégitimité supposée de la décision des membres du SFDO. Rappelons d’emblée que celle-ci ne prétend concerner que l’action de ses représentants. Allons cependant plus loin. Au fond, la vie des professions ressemble un peu au système politique britannique, où contribuer aux décisions de son pays requiert d’être membre d’un parti politique dont sera issu le Premier ministre s’il gagne la majorité à la Chambre des communes. De manière analogue, peser sur les orientations de notre profession nécessite d’être membre de l’un des syndicats représentatifs et de participer à ses délibérations. Croire que l’on participe à la vie démocratique en donnant son avis ici ou là est un leurre. La représentativité est peut-être un système imparfait, mais c’est celui en vigueur dans notre République.

 

La décision prise par la majorité en assemblée générale, après un long processus d’information et un débat ouvert sur les enjeux, qui porte sur la direction que devront suivre ses représentants élus, est légitime. C’est aussi simple que ça.

 

(1) Edito publié dans le Bulletin n° 24 diffusé exclusivement aux adhérents du SFDO mi janvier . Cet edito est dorénavant accessible à tous.

Retour
Dernière mise à jour : 31/01/2019