01 48 87 11 07
01 48 87 11 07

secretariat@osteopathe-syndicat.fr

Publié le 27/11/2020 par le Conseil d'Administration

Covid 19 : Conférence de presse du gouvernement 26 novembre  

Covid 19 : Conférence de presse du gouvernement 26 novembre  

Le gouvernement a tenu une conférence de presse le jeudi 26 novembre. Plusieurs points ont été clarifiés suite à l’intervention du président de la République le 24 novembre (voir ici)

Bien entendu, nous restons vigilants aux publications des textes au journal officiel qui traduiront dans la légalité les annonces gouvernementales.


Synthèse

 

Généralités : 

Le 30 octobre dernier nous avons dû décréter un nouveau confinement.

 

La cause en était, en France comme partout en Europe, une très forte et brutale accélération de l’épidémie, qui a surpris tous les pays par son ampleur. 

 

Ces mesures ont suscité de la part de certains d’entre vous de la colère et de l’incompréhension. 

 

Ces mesures étaient nécessaires. 

 

Aujourd’hui les premiers résultats sont là.

 

La pression épidémique reste forte mais elle se réduit. 

 

Notre objectif est de permettre un retour par étapes à une vie plus normale.

 

Il est donc prématuré de parler de déconfinement. 

 

Il est indispensable de ne pas baisser la garde.

 

Nous autorisons le redémarrage progressif de certaines activités en les entourant de règles sanitaires protectrices

 

Nous maintenons fermées plus longtemps des activités présentant un risque sanitaire plus avéré, notamment parce que le port du masque ou le respect des gestes barrières n’y sont pas complètement possibles. 

 

Tout au long de cette période, le télétravail restera la règle et devra être le plus massif possible. 

 

Le temps est venu d’alléger progressivement les contraintes mais en étant conscients qu’en cas de relâchement, la situation pourrait se dégrader rapidement à nouveau. 

 

Nous devons permettre une reprise d’un certain nombre d’activité, mais nous devons aussi éviter un « stop and go » qui serait épuisant pour notre pays. 

 

Les préoccupations sanitaires demeurent déterminantes.


Calendrier 


À partir de samedi 28 novembre : phase d’allègement du confinement 

 

Les déplacements resteront contraints et l’attestation obligatoire pour toutes les sorties du domicile.

 

La limite des 1 km -1 heure va passer à 20 km – 3 heures. Cette extension ne vise pas à permettre des visites à des amis ou à la famille. 

 

L’ensemble des commerces qui étaient jusque-là fermés, quelle que soit leur taille, pourront rouvrir samedi 28 novembre. 

 

Les mesures de fermeture de certains rayons dans les grandes surfaces seront levées.

 

Cette réouverture devra se faire dans le respect d’un protocole sanitaire renforcé.

 

Les auto-écoles pourront également reprendre leur activité de préparation aux épreuves pratiques du permis de conduire, mais la préparation des épreuves théoriques continuera de se faire à distance.

 

La reprise des visites immobilière sera également autorisée à cette même échéance. 

 

De même pour les services à domicile. 

 

Réouverture des lieux de culte dans la limite de 30 personnes.

 

Les activités sportives individuelles de plein air seront possibles.

 

Les commerces culturels (librairies, disquaires, galeries d’art, magasins d’instruments de musique), pourront rouvrir, comme tous les autres commerces, dans le cadre de protocoles sanitaires.

 

Les bibliothèques et les archives seront de nouveau accessibles au public. 

 


Le 15 décembre (si la situation sanitaire le permet) : 

 

Mise en place d’un couvre-feu à 21h, sur l’ensemble du territoire qui remplacera le confinement.

 

L’attestation sera supprimée en journée mais restera obligatoire en soirée.  

 

Toutes les activités extra-scolaires pour les enfants, qu’elles se déroulent en intérieur ou en extérieur, pourront reprendre. En revanche, les adultes ne pourront pas pratiquer de sport dans les salles de sport ni reprendre les sports collectifs ou de contact en extérieur avant le 20 janvier. 

 

Réouverture des musées, cinémas et salles de théâtre, dans le respect des protocoles sanitaires.

 

Liberté de déplacement entre les régions.

 

Le couvre-feu serait levé, à titre dérogatoire, les 24 et 31 décembre prochains afin de vous permettre de retrouver vos proches. 

 

Il est impératif que vous limitiez le nombre de personnes à table et évitiez les rassemblements trop nombreux pour les fêtes.

 


Le 20 janvier (si la situation sanitaire le permet) : 

 

Les bars et les restaurants pourront rouvrir. 

 

Le couvre-feu sera levé

 

Reprise des enseignements en présentiel dans l’enseignement supérieur 

 

Retour à un fonctionnement normal dans tous les lycées.

 

 

Mesures économiques : Renforcement de l’aide économique aux secteurs les plus durement touchés par la crise.

 

Objectif :

Permettre aux entreprises qui ne pourront pas rouvrir avant le 20 janvier 2020, de couvrir intégralement leurs charges. Les dispositifs d’exonération des charges sociales et de chômage partiel, permettent déjà de couvrir leurs charges salariales et de préserver les emplois. Dorénavant les charges fixes seront mieux couvertes, avec le fonds de solidarité d’urgence qui a été porté de 1 500 à 10 000 € par mois afin de répondre aux besoins des petites entreprises. 

 

Pour les entreprises de taille plus importante, à partir de décembre, chaque entreprise fermée à cause du confinement pourra recevoir, chaque mois, soit 10 000 €, soit si c’est plus avantageux, une compensation représentant 20 % du chiffre d'affaires réalisé sur la même période l’année précédente. Cela concernera notamment les restaurants, les bars, les salles de sport, les discothèques, tous les établissements qui resteront fermés administrativement. 
 

Au-delà de ces secteurs, nous devons aussi répondre à la situation des entreprises qui ne sont pas administrativement fermées mais dont l’activité est directement impactée par les mesures de restriction sanitaire (hôtels, entreprises du tourisme ou de l’événementiel) qui subissent une baisse massive de leur activité. Ces entreprises pourront également bénéficier de ce nouveau fonds de solidarité, dès lors que leur chiffre d’affaires s’est réduit d’au moins de moitié, avec un niveau d’aide qui se situera entre 15 et 20 %, selon le niveau de baisse de chiffre d’affaires qu’elles ont subi. 

 

Pour lire l'intrégalité de l'intervention, cliquer ici

 

Retour
Dernière mise à jour : 27/11/2020