Les combats menés par le SFDO

 

Depuis sa création en 1973 sous le nom de l’AFDO, notre syndicat n’a eu de cesse d’œuvrer en faveur de la reconnaissance de l’ostéopathie en France et de l’amélioration de son statut.

Parfois seul pour certains combats, en synergie avec d’autres organisations professionnelles sur d’autres enjeux, le SFDO a constamment milité pour une ostéopathie du plus haut niveau possible, considérant que la satisfaction et l’adhésion du public constitueraient les meilleurs avocats de l’institutionnalisation de l’ostéopathie en France.

Le SFDO a ainsi historiquement fait de la qualité des pratiques en ostéopathie le fil rouge de sa ligne politique en :

  • N’acceptant dans ses rangs que des professionnels exerçant l’ostéopathie à titre exclusif formés selon les meilleurs standards français ;
  • Intégrant dans ses statuts une obligation de formation continue ;
  • Représentants les ostéopathes au Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux ;
  • Intégrant dans ses statuts une déontologie spécifique ;
  • S’impliquant dans une concertation permanente et constructive avec les organisations représentatives de la formation afin de définir des modèles pédagogiques performants.

Au sein d’une action permanente de construction de la profession, quelques combats méritent d’être valorisés plus particulièrement, tels que le combat judiciaire pour défendre les ostéopathes incriminés pour exercice illégal de la médecine, l’action en faveur de la reconnaissance législative de l’ostéopathie en 2002 et de la mise en application de la loi de reconnaissance, l’exonération de TVA sur les actes ostéopathiques, le contrôle des établissements de formation par les agences régionales de santé et l’IGAS et de retrait de l’agrément en cas de non-respect de la réglementation (article 64 loi n°2009-879 du 21 juillet 2009), l’action en faveur de la réforme de la réglementation de la formation, la publication d’une norme européenne.

 

Voici les grands combats menés par le SFDO :