Agir à vos côtés pour l'ostéopathieLe bulletin d'information du SFDONouveaux dépliants pour salle d'attente
Agir à vos côtés pour l'ostéopathie

Depuis 1973 le SFDO porte avec vous les valeurs de l’ostéopathie

Le bulletin d'information du SFDO

Découvrez le dernier numéro

Nouveaux dépliants pour salle d'attente

Ils sont disponibles, commandez-les !

La démographie des ostéopathes en France

 

Le SFDO est titulaire d’une convention avec la DRESS qui établit le fichier ADELI.

Ainsi le SFDO est en mesure d’analyser l’évolution de la démographie des ostéopathes sur le territoire et vous propose l’analyse démographique suivante.

Evolution de l’offre et de la demande de soins

On estime qu’en 2002, 4000 professionnels exerçaient l’ostéopathie en France. Fin 2008, 9808 professionnels étaient autorisés à faire usage du titre d’ostéopathe. A ce jour, 26 222 dont 14 953 ostéopathes exclusifs. Les ostéopathes exclusifs représentent donc 57% des professionnels autorisés à faire usage du titre.

A la parution de la loi en 2002, le ministère de la santé estimait que les ostéopathes, qui étaient alors environ 4000, réalisaient environ 4 millions de consultations annuelles.

Parallèlement, à l’augmentation du nombre de professionnels il y a eu une augmentation de la demande.

En effet, des sondages réalisés en 2010 et 2014, confirment une augmentation significative de la demande des patients. En 2010, les ostéopathes réalisaient environ 20 millions de consultations annuelles (Sondage OpinionWay réalisé pour le SMMOF en 2010). Ils en réalisaient 26 millions en 2015 (Sondage OpinionWay réalisé pour le SFDO en septembre 2015).

Le nombre d’ostéopathes a donc été multiplié par 6,5 entre 2002 et 2016. Parallèlement, le nombre de consultations a été multiplié par 6.

Ces dix dernières années, la croissance démographique des ostéopathes a été très forte notamment depuis 2007 pour passer d’environ 4000 ostéopathes en exercice entre 2002 et 2007 à plus de 26000 aujourd’hui.

Depuis 2002 et surtout depuis 2007, le nombre d’ostéopathe en exercice en France a suivi une croissance exponentielle sous l’influence de l’ouverture de nombreux établissements de formations (initialement 13 de 2002 à 2007, plus de 50 en 2014, 31 aujourd’hui).

Lors de la période de 2007 à 2014 en dépit des conclusions du rapport de l’IGAS (remis au ministre en charge de la santé en 2010) et des alertes émises par les organisations socio-professionnelles depuis 2007 la règlementation permettait une dérive qualitative et quantitative du nombre d’ostéopathes.

Durant cette période, les établissements de formation, de qualité très hétérogènes pouvaient former chaque année entre 2 500 et 3 000 nouveaux professionnels et, même si les effectifs des établissements ont enregistré une baisse significative du nombre d’étudiants en cours de formation entre 2012 et 2014, l’augmentation du nombre de professionnels a perduré.

Aujourd’hui, la densité d’ostéopathes par habitant est déjà la plus élevée au monde puisqu’on compte en France plus d’un ostéopathe pour 3 500 habitants. En 2017, nous compterons donc plus d’un ostéopathe pour 2 500 habitants.

La réforme de la réglementation du dispositif de formation à l’ostéopathie qui a abouti fin 2014 instaure à la fois des critères qualitatifs de formation et une limitation quantitative du nombre d’étudiants par établissement.

Ainsi, à la rentrée 2016, un peu plus de 11 000 places seront disponibles dans l’ensemble des établissements de formation (au nombre de 31), pour à peu près 2 200 diplômés annuels maximum.

La carte de France de la densité des ostéopathes montre qu’aujourd’hui ceux-ci sont très largement installés dans les grandes villes et au sud de la Loire, zones qui sont d’ailleurs en situation de saturation.

Depuis 2010 les installations des jeunes ostéopathes se font préférentiellement dans les zones à faible densité d’ostéopathes.

Ces territoires se trouvent également constituer des secteurs de déserts médicaux : régions rurales et péri-urbaines, au nord de la Loire.

 

Le partage du titre

Le titre d’ostéopathe est un titre partagé entre différents professionnels.

On distingue les ostéopathes exclusifs, les ostéopathes professionnels de santé médicaux et les ostéopathes professionnels de santé paramédicaux.

Voici donc la décomposition des ostéopathes entre les différentes catégories de professionnels au 1er avril 2016 :

 

Type d'exercice

Nombre

Proportion en %

Ostéopathes exclusifs

14953

57,0

Masseurs-kinésithérapeutes ostéopathes

9037

34,5

Médecins, Sages-Femmes, Chirurgiens-Dentistes, Pharmaciens ostéopathes

1765

6,7

Infirmiers ostéopathes

306

1,2

Pédicure-Podologues ostéopathes

58

0,2

Psychologues ostéopathes

22

0,1

Psychomotriciens ostéopathes

19

0,1

Ergothérapeutes ostéopathes

18

0,1

Techniciens de laboratoire ostéopathes

12

0,05

Opticien-lunetiers ostéopathes

11

0,04

Orthophonistes ostéopathes

8

0,03

Manipulateurs radio ostéopathes

6

0,02

Audioprothésistes ostéopathes

2

0,01

Orthoptistes ostéopathes

2

0,01

Assistants de Service Social ostéopathes

1

0,004

Infirmiers psychiatrique ostéopathes

1

0,004

Orthopédistes-orthésistes ostéopathes

1

0,004

     

Total général

26222

100

Féminisation de la profession

L’exploitation du fichier ADELI montre une féminisation de la profession d’ostéopathe.

A ce jour, 60% des ostéopathes sont des femmes et 40% sont des hommes. Ce rapport s’est inversé entre 2009 et aujourd’hui.

Augmentation du nombre de remplaçants

L’étude du fichier ADELI montre que sur les 26 222 ostéopathes autorisés à faire usage du titre 1854 ostéopathes exercent une activité de remplaçant. En novembre 2012, alors que 17 835 ostéopathes étaient autorisés à faire usage du titre, il n’était que 980.

L’augmentation du nombre d’ostéopathe exerçant une activité de remplaçants (189% entre novembre 2012 et avril 2016) n’est pas corrélée à l’augmentation du nombre de professionnels (68% entre novembre 2012 et avril 2016).